L’impact du programme sur la littératie physique

Les écoles, les programmes de loisirs et les associations sportives sont responsables d'assurer le développement adéquat de la littératie physique. Cela peut sembler un défi, mais sans la littératie physique, tant les organisations que les enfants souffriront. Les éducateurs de la petite enfance font leur part pour promouvoir la littératie physique, mais les parents et les responsables du bien-être de l'enfant doivent aussi s'attarder aux programmes et aux organisations.

Faire de la littératie physique une priorité exige des changements et de la coopération de la part des écoles, des programmes de loisirs et des organisations sportives. Le défi peut être de taille, mais une action commune permettra de garantir que l'enfant – sans égard à son sexe, son origine ethnique ou sa capacité - développe ses habiletés de littératie physique.

Alors que les éducateurs de la petite enfance peuvent initier les jeunes enfants à de nouveaux jeux et activités, les parents et les responsables du bien-être de l'enfant doivent exiger que les écoles, les centres d'éducation préscolaire, les garderies, les centres de loisirs communautaires et les organisations sportives fassent de la littératie physique une priorité. Les programmes devraient être axés sur le développement de l'enfant plutôt que sur le sport lui-même. 

Les habiletés rythmiques de base qui se développent en bas âge rendront possible une participation tout au long de la vie à la danse, à la musique et à d'autres activités artistiques. Les parents devraient soutenir les organisations qui offrent de tels programmes et favorisent la littératie physique.

Lorsque cela est possible, évitez les programmes qui ne proposent pas une activité physique suffisante. Si la littératie physique n'est pas suffisamment développée, les écoles, les programmes de loisirs, les sports organisés, ainsi que les enfants pourraient en ressentir les conséquences.

Un manque de littératie physique signifie :

  • De grands efforts de la part des enseignants d'éducation physique pour rétablir la situation, et des attitudes négatives chez les étudiants face à cette matière dans les écoles secondaires.
  • Les enfants et les adolescents sont moins susceptibles de participer à des programmes de loisirs pour le plaisir ou pour améliorer leur forme physique et leur santé, ce qui réduit les taux d'inscription.
  • Il y aura moins d'athlètes potentiels au sein des organisations sportives, ce qui conduit à des bassins de joueurs réduits pour les équipes locales, provinciales et nationales.

>> En apprendre davantage sur l'impact du programme sur la littératie physique.